© 2023 by The Food Feed. Proudly created with Wix.com

  • Facebook - White Circle
  • Twitter - White Circle
  • Instagram - White Circle

J12 : Melide - Salceda

Un douzième jour qui met à l'épreuve.
Après une nuit plutôt bonne dans un dortoir exclusivement féminin et sans aucun ronflement, nous nous levons plutôt en forme et prêtes pour notre petite étape du jour.


Nous avons prévu de faire 14 kilomètres aujourd'hui et de rejoindre la ville d'Arzua. Nous savons à la vue de notre rythme de ces derniers jours que cela sera fait assez rapidement, nous prenons donc aujourd'hui le temps de déjeuner tranquillement. Nous nous mettons donc en route assez tard. Il pleut ! Nous reprenons le chemin à travers la forêt, nous ne faisons plus trop attention au paysage, il fait gris et nous traversons depuis plusieurs jours la même végétation. Nous en profitons pour écouter un peu de musique et nous laissons bercer tranquillement.
Quelques kilomètres sont derrière nous et nos muscles se chauffent petit à petit. La pluie s'intensifie et il est temps pour nous de chausser notre fantastique k-way avant d'être totalement trempées. Il serait idiot de tomber malade si proche du but.


Nous continuons notre marche, les yeux regardant le sol. Lorsque nous prenons le temps de relever la tête, nous apercevons les autres pèlerins, eux aussi emmitouflés dans leur imperméable. Nous semblons tous à l'aise comme des poissons hors de l'eau. La pluie semblant vouloir nous embrasser à pleine bouche, nous finissons par faire un arrêt dans un bar afin de reprendre notre respiration et nous aérer un peu. Un petit café et quelques chips plus tard, nous profitons d'une accalmie pour repartir.


Nous traversons le très joli village de Ribadiso, bordé d'une rivière, il nous aurait plu de nous y arrêter, et pourquoi pas de nous y baigner, si le temps avait été meilleur. Nous passons donc notre chemin et arrivons très rapidement à Arzua, notre ville étape.

En plus du temps maussade, la ville est vraiment déprimante, elle est entièrement construite au bord de la nationale et bétonnée de bout en bout. L'auberge dans laquelle nous avions prévu de nous arrêter n'est pas encore ouverte. Je propose à Aurore de passer notre chemin et nous arrêter plus loin. Je vois bien que sa motivation n'est pas grande mais peut-être l'idée de loger dans un endroit plus agréable suffira à la convaincre de faire 10 kilomètres supplémentaires.


Et oui 10 de plus, il n'y a aucun autre village où nous pourrions nous arrêter avant.
Après avoir pris le temps de nous renseigner sur les places en auberge encore disponibles dans le village de Salceda, nous en réservons une et nous nous remettons en route après avoir une fois de plus fait le plein de provisions.
Nous savons qu'il nous reste encore 2h30 de marche et devons puiser en nous, l'énergie nécessaire pour retrouver un bon rythme...la pluie nous ayant un peu ralenties. Une chose dont nous n'avons pas encore parlé, c'est l'importance d'avoir du bon matériel. Nous sommes heureuses de constater que nos pieds sont totalement secs à l'intérieur de nos chaussures. C'est vraiment appréciable.


Poursuivant au coeur de la forêt, toujours au frais, les douleurs commencent sérieusement à se faire ressentir. Pour Aurore, ce sont surtout les pieds qui fatiguent. Pour moi, ce sont les genoux ou les rotules, je ne saurais pas vraiment dire d'où vient la douleur. Nous sommes maintenant trop avancées pour penser à faire demi-tour mais le reste de notre marche se fera avec pas mal de souffrance. Cela aussi fait partie de l'expérience Compostelle !
Plus nous nous approchons du but et plus mon genou me fait souffrir. Aurore se demande s'il ne serait pas plus sage de s'arrêter quelque temps en bord de route pour le laisser se reposer, mais un peu têtue, je préfère continuer. L'idée d'une bonne douche chaude ne nous quitte plus.


Nous avançons maintenant à un rythme très lent mais comme on dit "chi va piano, va sano".
Nous mettrons tout de même 1h30 pour faire les 4 derniers kilomètres.

Nous apercevons enfin notre auberge à l'horizon et nous pouvons déjà presque ressentir l'eau chaude de la douche détendre tous nos muscles qui nous insultent un petit peu, il faut bien le dire. On peut dire que cette fin d'étape aura été plutôt chaotique. Heureusement, vous pourrez voir sur le montage vidéo qu'une bonne partie du chemin s'est faite avec un bon état d'esprit et quelques fous rires.

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now