© 2023 by The Food Feed. Proudly created with Wix.com

  • Facebook - White Circle
  • Twitter - White Circle
  • Instagram - White Circle

J10 : Mercadoiro - Ventas de Naron

Réveil sur les chapeaux de roues à 05h45, tout le dortoir s'agite mais Aurore peine à ouvrir les yeux. Nous enfilons bien vite nos vêtements et partons sans prendre le temps de déjeuner, 18 km nous attendent. Il fait bien froid et nuit ce matin, polaire et lampe frontale sont indispensables.


Un dénivelé de 350 mètres nous attend. Nous décidons de prendre des forces avec d'énormes pains au chocolat espagnoles dans la ville de Portomarin à seulement 5 km. Cette ville a une particularité, elle fut engloutie sous les eaux de son fleuve dans les années 60. Les monuments principaux dont le pont médiéval ont cependant été sauvés.


Une fois nos ventres remplis, nous nous remettons rapidement en route. Malheureusement, cette pause nous aura coûté le passage d'une cinquantaine de pèlerins devant nous. Il n'est jamais très agréable d'avancer au rythme des autres et le chemin n'étant pas un boulevard, il est parfois difficile de les dépasser. Nous prenons donc notre mal en patience en attendant que certains d'entre eux s'essoufflent.


Aujourd'hui encore le soleil fait son timide, il ne montre même pas le bout de son nez. Nous sommes à 400 mètres d'altitude, ce n'est pas très haut mais il fait bien frais dans cette région de Galice.

Toujours au coeur de la forêt et des odeurs de biquettes, nous foulons pendant plusieurs kilomètres une terre ocre proche de la terre battue. Le contraste entre cette terre et le vert foncé des arbres est très agréable pour nos yeux. L'ascension se fait progressivement allant de légères côtes à de larges plateaux, nous ne descendons jamais.
Lorsque nous partons aussi tôt, la faim se fait rapidement sentir et notre pain au chocolat nous semble déjà loin.

 

Aurore ne cesse de parler de pâtes carbonara, je crois que son esprit divague, je ne l'ai jamais entendu parler autant de nourriture que depuis que nous sommes là, je la reconnais plus. Au bout de 3h de marche, il est nécessaire de refaire le plein d'énergie avec des fruits séchés qui redonnent un coup de boost et un peu de musique qui ne font jamais de mal.


Nous passerons par le petit village de Gonzar sans nous y arrêter, une grosse partie des pèlerins décidant de prendre un café en terrasse, nous en profitons pour prendre de l'avance et nous pouvons enfin avancer seules.  Nous ne sommes plus qu'à 4,5 km de notre point étape.

Cela fait 2 jours que nous croisons un jeune homme fort sympathique avec son chapeau à plume, je l'ai renommé Robin des bois. Nous nous passons tour à tour l'un devant l'autre, nous nous saluons en espagnol, nous nous disons "buen camino" à chaque fois. C'est seulement aujourd'hui, lorsque nous l'entendons fredonner "1 km à pied, ça use, ça use...", que nous comprenons qu'il est français. Cela nous fait sourire.

Nous terminons tranquillement et sans trop de difficultés cette étape. Bien-sûr nos jambes tirent et souffrent un peu mais nous nous sentons plutôt bien. Nous profitons du mauvais temps pour nous offrir un bon repas un peu gras. Ça sera hamburger frites pour Aurore et oeufs, porc, frites pour moi. ¡ Buen Provecho !

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now